Accueil Economie FCFA: Des Africains très déterminés pour la suppression de la monnaie

FCFA: Des Africains très déterminés pour la suppression de la monnaie

248
0
PARTAGER

Très contesté durant ces dernières années par la nouvelle génération Africaine, le FCFA ne vu plus ces beaux jours  dans les 14 pays africains utilisateurs. Pour les intellectuelles africains, cette monnaie coloniale demeure un véritable obstacle pour le décollage de l’Afrique. << le fcfa est politiquement illégitime, socialement inéquitable, économiquemet inefficace et historiquement indigne>> fustige l’économiste togolais Nako Nubukpo. 

Sous cette lancée de contestations et du plaidoiries pour un changement de la monnaie, des universitaires, des acteurs de la société civile et des responsables se sont réunis la semaine dernière à Bamako. << Nous voulons en finir avec l’acronyme CFA qui renvoie quand même aux francs des colonies française d’Afrique. Aucun pays ou continent ne compte pas en monnaie d’autrui, donc il nous faut une monnaie qui renvoyer à notre identité >> estime l’ancien ministre de l’économie togolais, par ailleurs l’une des plus grandes voix anti cfa sur le continent. Ces Africains ont fini d’apporter des raisons plausible qui justifient que le cfa est un monnaie de sabotage.

Selon eux, cette monnaie ne permet pas de financer l’investissement risqué et l’investissement long. Mise en part ces arguments avancées par les jeunes engagés africains. Le vice-président italien avait fait une sortie médiatique pour accuser la France d’avoir exploiter l’Afrique par le biais du franc cfa. Une chose qui n’a pas du plu le gouvernement français. Toutefois certains chefs d’Etat africains, habilité a à prendre des décisions pour quitter la Zone franc restent paradoxalement et malheureusement des fervents défenseurs du fcfa.

C’est le cas du président ivoirien Alassane Ouatara et celui senegalais Macky sall.Malgré ces difficultés, les organisateurs de la rencontre de Bamako ne comptent guère baisser leurs bras. Ils entendent installer des comités de réflexion pour instaurer de manière pacifique un débat citoyen sur la question. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here