Accueil MAURITANIE Facebook utilisera le Wolof pour la lutte contre « fake news »

Facebook utilisera le Wolof pour la lutte contre « fake news »

404
0
PARTAGER
FACEBOOK

Facebook a annoncé la prise en charge de plusieurs langues africaines dans le cadre de son programme de vérification des faits. Le programme a été lancé en 2018 en Afrique du Sud, au Kenya, au Nigeria, au Sénégal et au Cameroun en partenariat avec la société indépendante Africa Check.

Au Nigéria, la couverture linguistique en yoruba et en igbo sera étendue, ce qui viendra s’ajouter au haoussa, qui bénéficiait déjà d’un soutien. Il inclura désormais le swahili au Kenya, le wolof au Sénégal et les afrikaans, les zoulous, les setswana, les sotho, les sotho du nord et les ndebele du sud en Afrique du Sud.

C’est formidable, car il ya tant de langues parlées et écrites en Afrique, et en soutenir davantage

Le programme de vérification des faits utilise les commentaires des utilisateurs de Facebook. Les articles locaux seront vérifiés en plus de la vérification des photos et des vidéos.

Si l’un des partenaires de vérification des faits de Facebook identifie une histoire comme fausse, Facebook la montrera plus bas dans le fil d’actualité, ce qui réduira considérablement sa diffusion.

L’Afrique aujourd’hui compte plus de 2000 langues officielles, nationales et parlées sur le continent. Cela signifie qu’il y a beaucoup de chemin à parcourir. Il y a plus de 200 millions d’utilisateurs Facebook du continent, ce qui ne représente qu’environ 10% de la base totale d’utilisateurs actifs de Facebook. Les langues prises en charge sont faibles, mais elles constituent toujours une étape importante dans l’élimination des fausses nouvelles du fil d’actualités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here