Accueil ETATS-UNIE États Unis: journée décisive sur la destitution de Trump

États Unis: journée décisive sur la destitution de Trump

285
0
PARTAGER
donald trump

Trois professeurs de droit ont jugé que la procédure de destitution contre Donald Trump était justifiée, et même nécessaire pour protéger la démocratie américaine, lors d’une audition tendue au Congrès qui a une nouvelle fois reflété la profonde fracture entre démocrates et républicains.

Un quatrième expert, invité par les élus républicains, a contrairement aux trois autres jugé les preuves «insuffisantes» pour mettre le président en accusation (impeachment) à la Chambre des représentants.

Les démocrates sont convaincus que le président républicain a abusé de ses pouvoirs pour favoriser sa campagne de réélection, notamment en gelant une aide militaire de près de 400 millions de dollars destinée à ce pays en conflit avec la Russie.  

Lui nie toute pression et a encore dénoncé mercredi une «blague» démocrate, jugeant honteuse la tenue d’une audition alors qu’il se trouve à Londres pour un sommet de l’OTAN.

Après deux mois d’enquête, marqués par l’audition de 17 témoins, les élus ont entamé en son absence le débat juridique pour déterminer si sa conduite correspondait à l’un des motifs de destitution mentionnés dans la Constitution : «Trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs». 

Sans hésiter, trois professeurs d’université prestigieuses ont répondu par l’affirmative.

«Si l’on ne peut pas mettre en accusation un président qui utilise son pouvoir à des fins personnelles, nous ne vivons plus dans une démocratie, nous vivons dans une monarchie ou une dictature», a notamment estimé Noah Feldman, professeur de droit à Harvard, interrogé par la commission judiciaire de la Chambre.

Impliquer un gouvernement étranger dans notre processus électoral est un abus de pouvoir particulièrement grave parce qu’il affaiblit la démocratie», a également jugé Pamela Karlan de l’Université Stanford. 

«Si le Congrès ne le destitue pas, la procédure de destitution aura perdu tout son sens, tout comme les garanties constitutionnelles destinées à empêcher l’installation d’un roi sur le sol américain», a renchéri Michael Gerhardt de l’Université de Caroline du Nord.

la presse

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here