Accueil MAURITANIE Droit de Réponse à la Sortie de Bredeleil…

Droit de Réponse à la Sortie de Bredeleil…

649
0
PARTAGER
Bredeleil

Droit de Réponse à la Sortie de Bredeleil…

Ne tombez surtout pas sous le charme du maniement de la langue de Molière quand vous lisez un intellectuel issu de la vieille école. Car ce faisant, vous risqueriez de ne pas saisir le contenu réel du texte tel un amoureux qui ne verrait aucun défaut en la personne aimée.

Ces intellectuels sont donc souvent d’une éloquence remarquable et c’est tout à leur honneur. Je vous invite ainsi de prime abord à prendre du recul pour mieux appréhender la quintessence des deux articles du père Bredeleil, l’un des théoriciens du mouvement Baath Mauritanien. Mais chers lecteurs, permettez-moi de ne pas porter de gants car c’est dans la discussion franche, directe mais respectueuse que jaillira la lumière qui nous permettra d’éclairer nos lanternes trop longtemps éteintes.

Nul ne doute que Bredeleil est un grand intellectuel, une encyclopédie pour certains. Mais des intellectuels malhonnêtes et sans scrupule le monde en a toujours eu. Rappelez-vous des maitre-penseurs théoriciens de la hiérarchisation des races. Théorie selon laquelle la raison ne pouvait qu’être « Helene ».

Que l’Egypte pharaonique berceau de la civilisation avec ses avancées immenses en science et en technologie ne pouvait être l’œuvre de kemets. Preuves scientifiques à l’appui, Cheikh Anta Diop dans « Nations Négres et Culture » révèlera que toutes ces théories qui ont servi de sève nourricière aussi aux missions évangélistes et plus tard à la colonisation en Afrique ne tenaient pas debout.

Permettez-moi de reprendre dans les lignes qui suivent quelques éléments des deux sorties de Mr Bredeleil et qui me semble important d’analyser.

Le premier texte me ressemble à coup de gueule d’un homme qui, loin de dénoncer la décision gravissime que le pouvoir a pris d’envoyer des troupes au Nord Mali mais plutôt remonté par le manque de protocole dans la procédure. Même si dans votre deuxième sortie j’apprécie à sa juste valeur votre mise en garde aux autorités à « …revenir à la raison, pendant qu’il est temps… » pour « …s’orienter résolument…vers l’alternance démocratique… ».  Mais après avoir fini la lecture des deux textes je me rends compte que le mot « guerre » a été utilisé 21 fois contre 6 fois seulement pour le mot « paix ». Alors même si vous êtes un homme de paix, la guerre est présente en vous, consciemment ou inconsciemment.

-Envoyer des troupes dans un « Mali en décomposition » pour ensuite en tirer des dividendes aussi incertains que dangereuses n’est pas dans l’intérêt du pays. Le territoire est déjà assez vaste pour les quatre millions que nous sommes et nous avons du mal à le sécuriser entièrement.

Pourquoi avoir des visées expansionnistes si l’on n’a pas les moyens de sécuriser le territoire dans sa forme actuelle ? Que cherche-t-on alors au Nord Mali ? Des populations pour rééquilibrer la configuration démographique actuelle dont vous tenez tant ? Surement ! Tout le monde l’a compris. Car après avoir déporté des dizaines de milliers de citoyens Mauritaniens vers le Sénégal et le Mali, après avoir effectué le nettoyage ethnique dans l’armé et dans toute l’administration il faut donc faire venir d’autres individus choisis sur la base de leur affiliation ethnico-tribale pour combler le vide. Et Puisque les populations ne vont pas quitter leur terroir pour la Mauritanie donc il faudra nécessairement incorporer le territoire en question à la Mauritanie. A quel prix ? Cette manœuvre n’est-elle pas plus laborieuse que de réconcilier les mauritaniens ? Quelle est la stratégie à long terme ? La vérité est que c’est une décision très risquée et l’armée Mauritanienne n’a pas vocation à s’installer au Nord Mali.

– « …les peuls ont des dispositions particulières à connaitre l’Islam ». Cette affirmation peut paraitre élogieuse pour les musulmans que nous sommes. Mais à y voir de près elle rappelle les théories fallacieuses sur les races qui ont fait tant de dégâts dans l’histoire de l’humanité et en Mauritanie en particulièrement. Ainsi selon Bredeleil certaines ethnies seraient plus aptes à faire certaines tâches que d’autres. Comme par hasard chez nous en Mauritanie être docker, colonel ou ministre dépend largement de votre appartenance ethnique. Suivez mon regard. Je ne sais pas s’il est un homme de science ou un homme de Dieu ou les deux à la fois. Mais cette thèse n’est encore valable que pour ceux qui ne sont ni l’un ni l’autre.

Voilà des contre-vérités qui alimentent votre texte et sur lesquelles se réfèrent ceux qui vous écoutent et qui vous prennent en exemple. Malheureusement ceux-là président également aux destinées de notre pays. Voilà pourquoi nous en sommes encore à ce niveau plus d’un demi-siècle après les indépendances.

-Pourquoi alors les caresser dans le sens du poil ?

Le régime Tchadien qui ne doit sa survie qu’aux accords de défense avec la France sans laquelle Deby et toute la mafia qui l’entourent auraient plié bagage depuis belle lurette. Deby n’est venu aux affaires qu’avec la complicité des services de renseignement français.

Il ne s’en irait que si ces derniers le décideront et lui-même l’a reconnu publiquement dans une de ces récentes interviews. Les régimes qui se sont succèdes à la tête de la Mauritanie ne survivent que grâce à la ruse et des combines de toutes sortes qui reposent principalement à satisfaire une clientèle politique en se servant des ressources du pays. C’est un équilibre très fragile. Il n’y a aucune politique de défense nationale avec une orientation stratégique claire.

Ceux qui commandent nos troupes ne sont qu’à l’écoute de conseillers occultes de toutes parts. Mais à lire les deux articles de Bredeleil on comprend facilement qu’il est l’un des maitres architectes de tout ce qui se concocte dans les salons feutrés de Nouakchott.

A cet âge, plutôt que de continuer à souffler sur des braises Mr Bredeleil, nous qui avions l’âge de vos enfants ou petits-enfants nous nous attendions à un autre type de discours. Mais hélas, le temps n’a rien change en vous.

Vous pouvez vous ériger conseiller privilégié des régimes mafieux qui tiennent leurs peuples en otage (comme le nôtre ou celui du Tchad) avec bien entendu toute cette kyrielle d’intellectuels affamés qui s’invitent à la mangeoire quitte à monnayer l’honneur de ceux qu’ils sont censés représenter.

Mais vous ne pouvez pas vous ériger en model pour nous, mauritaniens de la génération X ou Y, Sonikés, Haalpulaars, Hratins, Bedhanes, Soninké, Wolofs, Bambaras et que sais-je, soucieux de préserver ce nous semble être le plus important c’est-à-dire la PAIX. Ce logiciel que vous aviez remis au pouvoir depuis les indépendances ne fonctionne plus. Nous vous invitons à revenir à la raison car le pays à trop souffert de votre leadership belliqueux et défaillant. Non. Nous ne voulons pas d’une autre guerre. Ni au Mali, encore moins en Mauritanie.

Nous ne nous voulons pas non plus que nos propres concitoyens fassent quotidiennement l’objet d’humiliation et de brimades de toutes sortes du seul fait de leur couleur de peau, de leur langue ou de leur classe sociale tout simplement. Nous aspirons à être les précurseurs d’une Mauritanie nouvelle réconciliée d’abord avec elle-même, cultivant la paix avec ses voisins et décomplexée vis-à-vis de ses voisins arabes quant à sa spécificité multiculturelle. Une Mauritanie soucieuse de régler les problèmes les plus urgents de l’heure.

Car en ce moment tous les secteurs de l’économie sont à terre. La dette publique a atteint un niveau jamais égalé et la Mauritanie traine aux 150 ième rang sur 157 concernant l’indice du développement humain selon les Nations Unies. Les résultats du BAC sont de plus en plus catastrophiques et des poches de famine existent à l’intérieur du pays. Sur le plan mondial nous ne sommes connus que comme étant le seul pays à tolérer l’esclavage et la dernière nation sur terre à l’abolir. Jugeons donc le maçon aux pieds du mur. Mr Bredeleil est aussi comptable de ce bilan peu élogieux.

La reconstruction passera inéluctablement par réécrire d’abord le texte fondamental qui doit d’abord tenir en compte le caractère multi ethnique et multiculturelle du pays. Il y’a bien des domaines qui font l’objet de mésentente et sont à l’origine de frustrations de toutes sortes accumulées justement sur la base de vos conseils et qu’il faut revoir dans la constitution. Ensuite Il faut des reformes en profondeurs dans les secteurs de la justice, de l’éducation, de la sante, la défense nationale et une réforme foncière juste et équitable. Les solutions existent mais encore faut-il avoir des hommes et des femmes soucieux de préserver la paix pour les générations futures.

Si vous n’êtes pas en mesure d’apporter votre pierre à l’édifice, nous vous invitons à simplement ranger votre plume. La Mauritanie retrouvera sa place naturelle, n’en déplaise aux extrémistes de tout bord. Nous sommes un pays Africain, multi ethnique et multiculturel. Il n’y a aucune honte à l’affirmer haut et fort dans le concert des nations.

Une langue et une culture que ni l’islamisation, ni la colonisation n’ont fait disparaitre ne le sera pas avec un décret présidentiel. Et si le temps est la solution ultime à tous nos problèmes, je crains que le temps ne mette trop de temps à résoudre celui-là.

A.S

Consultant en Risque Management

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here