Accueil Culture Décès de Ibrahima Sow et Hamidou Dia : La philosophie perd deux...

Décès de Ibrahima Sow et Hamidou Dia : La philosophie perd deux penseurs

72
0
PARTAGER

Le conseiller spécial du chef de l’Etat pour la Culture, les Arts et les Lettres, Hamidou Dia n’est plus. Il a été inhumé, hier, au cimetière musulman de Yoff. La levée du corps du défunt écrivain a eu lieu à l’hôpital Principal de Dakar en présence du président de la République, Macky Sall. Hamidou Dia est l’auteur de plusieurs livres tels que «Les sanglots de l’espoir», publié par L’Harmattan en 1987, les «Remparts de la mémoire», paru aux éditions Présence africaine en 1999, et «Koumbi Saleh ou les pâturages du ciel», Neas, 1993.

L’écrivain Hamidou Dia est dé­cédé, hier, à Dakar à l’âge de 65 ans. Conseil spécial du chef de l’Etat pour la Culture, les arts et les Lettres, sa levée du corps a eu lieu à l’hôpital Principal. Le monde littéraire, artistique et culturel lui a rendu hommage avant son inhumation aux cimetières musulman de Yoff.

Tout le monde était là. Parents, amis, personnalité de tout bord et anonymes ont tenu à effectuer le déplacement pour partager la douleur avec sa famille. Au premier plan, son épouse est entourée par les autres membres de la famille. On égrène les chapelets. Les plus sensibles laissent écouler leurs larmes. Dans les discours lors de cette cérémonie funèbre, les différents orateurs qui se sont succédé au micro ont salué la mémoire du défunt.

Aujourd’hui, dira le président de la République, Macky Sall un «grand patriote, grand intellectuel, homme de culture vient de nous être arraché, un très grand philosophe pétri de valeur et de savoir». Et d’ajouter : «Il a été pour moi un grand-frère qui avait une part déterminante dans mon combat pour l’émancipation de notre pays, mon combat pour la reconnaissance du discours de l’Afrique par l’Afrique et pour l’Afri­que. Par sa plume, par son engagement quotidien à mes côtés, il ne cessait d’apporter sa contribution vivace.» En rendant hommage à son conseiller personnel, Macky Sall n’a pas manqué de se rappeler une anecdote. Il dit : «Un jour, je lui ai dit : ‘’Professeur, je pense que je ne me retrouve pas dans vos discours tellement qu’ils sont philosophiques et élevés. Or j’aimerai avoir un discours très simple vis-à-vis de mes compatriotes’’»

Alioune Badara Beye, président de l’Association des écrivains du Sénégal (Aes), pour sa part, n’a pas tari d’éloges à l’endroit de leur camarade arraché à leur affection. «Hamidou Dia était un écrivain total, maîtrisant parfaitement tous les genres. Il était un écrivain doublé d’un critique avéré mais surtout d’un philosophe hors pair», a témoigné M. Beye.

Après les témoignages unanimes sur Hamidou Dia, le président République a formulé des prières, comme tous ses prédécesseurs qui avaient pris la parole. «Nous avons espoir. Puis que s’il devait être jugé par son cœur, nous pouvons être rassuré que c’est un homme de paradis. C’était un homme dépourvu de méchanceté, profondément généreux», a encore déclaré Macky Sall.

Rappelons que le défunt a écrit plusieurs ouvrages. Parmi lesquels, on peut citer : «Les sanglots de l’espoir», publié par L’Har­mattan en 1987, les «Remparts de la mémoire», parue dans les éditions présence africaine en 1999 et «Koumbi Saleh ou les pâturages du ciel», Neas, 1993 entre autres.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here