Accueil MONDE Covid-19 : les pays africains durcissent le ton

Covid-19 : les pays africains durcissent le ton

904
1
PARTAGER
covid 19. l'Afrique durcit le ton

Après la valse-hésitation, entre confinement douloureux pour les populations et mesures plus ou moins strictes, les États de l’Afrique ont dû s’adapter.

En Tunisie, les autorités ont durci le ton. Les Tunisiens ont depuis vendredi 10 avril interdiction de se déplacer entre les 24 préfectures ou wilayas du pays. Toute personne qui enfreint les décisions des autorités devra désormais payer une amende. Le gouvernement se veut aussi ferme face aux malades qui ne respecteraient pas les mesures de confinement ou ceux qui tenteraient de s’échapper de l’hôpital. Elles pourraient être poursuivies pénalement si elles ne se pliaient pas aux exigences du ministère de la Santé, et contaminaient ainsi d’autres personnes.

Les Ghanéens d’Accra et Kumasi barricadés. Le chef de l’État a fait savoir jeudi soir que les restrictions de mouvement dans la capitale Accra et dans la région de Kumasi, initialement de deux semaines, seraient prolongées à partir de lundi. Ce pays d’Afrique de l’Ouest, qui compte quelque 30 millions d’habitants, enregistrait vendredi matin 378 cas officiels déclarés de coronavirus, dont 6 décès.

Confinement prolongé pour les Sud-africains. À l’extrême sud du continent, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé jeudi soir le prolongement de deux semaines, jusqu’à fin avril, du confinement de la population afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.

Pendant les deux semaines précédant le confinement, l’augmentation quotidienne du nombre de nouveaux cas de Covid-19 était d’environ 42 % a indiqué le président Ramaphosa. Mais depuis le début du confinement, le 27 mars, elle est d’environ 4 %, a-t-il ajouté. À ce jour, 1 934 cas, dont 18 décès, ont été confirmés dans le pays, première puissance industrielle de l’Afrique.

L’Angola appelle du renfort. Un total de 256 médecins cubains sont arrivés tôt vendredi dans la capitale angolaise, Luanda, pour aider à lutter contre le Covid-19. S’exprimant à l’aéroport international Quatro de Fevereiro, la ministre angolaise de la Santé Silvia Lutucuta, a réaffirmé que les professionnels cubains de la santé seraient répartis dans les 164 municipalités du pays en fonction de leurs besoins locaux.

Abidjan hausse le niveau de ses premières mesures. À commencer par le port du masque, désormais obligatoire dans la capitale économique ivoirienne, peuplée de cinq millions d’habitants. C’est le Conseil national de sécurité (CNS) consacré à l’épidémie de coronavirus en Côte d’Ivoire qui l’a annoncé afin de renforcer les dispositifs déjà mis en place. Alors qu’il y a une pénurie de masques dans le pays, le CNS annonce prendre des dispositions pour « la fabrication par l’industrie locale et l’importation massive de masques destinés à l’usage des populations » ainsi que pour « la production des médicaments par l’industrie pharmaceutique locale en vue de la couverture des besoins nationaux ».

Le pays compte 444 cas positifs, 3 décès. Toutefois, plusieurs spécialistes sous couvert de l’anonymat estiment qu’il y a beaucoup plus de cas et que le faible nombre de cas déclarés est du au faible nombre de dépistages.

Le port du masque rendu obligatoire dans plusieurs pays. Au Cameroun dès lundi, le masque sera obligatoire dans tous les espaces publics du pays. Le gouvernement va dans ce sens publier les normes et spécifications techniques en vue d’une production « massive et locale ». Cette annonce fait partie des nouvelles mesures de riposte contre le Covid-9. Parmi lesquelles la construction d’hôpitaux de campagne dans les dix régions du pays pour servir de « centres spécialisés de traitement des patients du Covid-19 » afin d’accueillir les malades en cas de pic épidémique et de permettre aux hôpitaux de « fonctionner normalement ».  

À Niamey aussi le port du masque devient obligatoire dès ce samedi, a décidé jeudi le maire de la capitale, Mamoudou Mouctar. Pour rappel, selon un bilan rendu public jeudi par le ministère de la Santé, 410 patients ont été déclarés positifs dans le pays, parmi lesquels 359 sont en cours de traitement, 40 sont sortis guéris, tandis que 11 ont péri. 

Le Gabon passe finalement au confinement. Ainsi Libreville et trois communes limitrophes de la capitale seront en confinement total à partir de dimanche pour une durée de quinze jours. « Le confinement du Grand Libreville prend effet à partir du dimanche 12 avril à minuit pour une durée de 15 jours, renouvelable si les circonstances nous y obligent », a déclaré à la presse le Premier ministre du Gabon, Julien Nkoghe Bekalé. 

Pays d’Afrique centrale peuplé d’un peu moins de 2 millions d’habitants, le Gabon compte officiellement 44 personnes infectées (dont un mort) par le nouveau coronavirus.

La question des tests préoccupe l’Union africaine. En effet, si les pays ont tous dû renforcer leurs mesures, c’est parce que l’Afrique a du mal à rivaliser avec les pays riches pour se procurer des tests et autres équipements nécessaires pour ralentir la propagation du nouveau coronavirus, ont déploré jeudi des responsables de l’UA. « Nous avons besoin d’aide pour le dépistage », a déclaré Kwesi Quartey, le président adjoint de la Commission de l’UA, lors d’une conférence de presse à Addis-Abeba. Le chef du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC), le Dr John Nkengasong, s’est également plaint du manque de tests sur le continent, ainsi que d’autres équipements essentiels.  

LIRE AUSSI: Mali: IBK annonce un plan de riposte de 500 milliards pour lutter contre le Covid-19

le point Afrique

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here