Accueil MAURITANIE COVICIM/ COVIRE : Atelier sur la surveillance des droits humains

COVICIM/ COVIRE : Atelier sur la surveillance des droits humains

222
0
PARTAGER
droit de l'homme

Le projet COVICIM/COVIRE pour l’accès à la justice financé par le projet Etat de droit de l’Union européenne a organisé un atelier de formation sur la surveillance des droits humains le mardi 25 septembre 2018 dans les locaux de son siège à la Sebkha.

Dans son mot introductif, le coordinateur du projet, en l’occurrence Abou Gaye a mis l’accent sur l’importance de cette journée qui vise à renforcer la capacité dans les techniques de surveillance des droits humains dont une cinquantaine de personnes seront bénéficiaires issue de différentes organisations concernées.

Le formateur, monsieur Fieyine, du Haut commissariat des Nations unis basé à Nouakchott, dans le cadre d’une approche participative a campé son objet sur les droits et devoirs de tout citoyen,  en mettant en exergue, les objectifs de cette journée qui reposent sur la maitrise du suivi des violations des droits humains.

Pour ce faire, le conférencier est revenu largement sur le volet inhérent aux neuf conventions internationales que la Mauritanie a ratifiées, les principes des droits humains et sur les outils de plaidoyer.

Ainsi, le conférencier a indiqué dans le cadre du suivi des violations 3 grands axes dont la collection active des informations, leur vérification et l’utilisation des informations pour déterminer les actions à mener. L’expert n’a pas manqué de souligner la nécessité de la documentation pour des cas de violation sur la base d’une stratégie qui repose sur la crédibilité, la confidentialité, la protection des victimes, la précision de l’action ou la situation y afférente, l’impartialité, la protection et la promotion de tous les droits, l’objectivité, la sensibilité, l’intégrité et le professionnalisme des acteurs.

L’expert des nations unies s’est beaucoup appesanti sur le volet sécuritaire et a engagé les participants à plus de vigilance avant d’engager chaque activité. Il a exhorté les bénéficiaires de cette formation de renforcement de capacité à une approche participative en s’appropriant des outils de plaidoyer. Il n’a pas manqué aussi d’inviter les participants à travailler avec méthode et organisation en impliquant les autorités étatiques, le système des nations unies et autres partenaires en usant de ces outils et, en les considérant avec tous les égards.

Comprenant les enjeux, les participants à l’atelier, ont procédé à la synthèse des travaux de la journée et ont remercié le consultant et le Président de COVIRE, en l’occurrence Monsieur Mamadou Kane pour ses efforts soutenus tendant à faire avancer la cause. Le consultant a  magnifié le travail de qualité que les participants ont fourni, en terme d’échanges, devant permettre de mieux aborder la surveillance des droits humains et un meilleur plaidoyer avec les institutions chargées des droits humains.

Cette journée a été marquée par la présence de plusieurs victimes appartenant aux différentes organisations des droits humains qui ont engagé le processus de recherche de solutions  consensuelles depuis 2005.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here