Accueil MONDE Coronavirus: l’Afrique mise sur le vaccin chinois

Coronavirus: l’Afrique mise sur le vaccin chinois

485
2
PARTAGER
Coronavirus: l'Afrique pari sur le vaccin chinois

Alors que la course aux vaccins s’accélère, la Chine a promis aux pays d’Afrique qu’ils seraient les premiers lorsque le vaccin chinois locaux de Beijing sera prêts à être distribué.

La Chine a accordé à un certain nombre de pays africains un accès prioritaire aux vaccins contre le coronavirus qu’elle développe actuellement. Des entreprises chinoises ont également signé des accords avec certains de ces pays pour tester et fabriquer les vaccins.

Cela peut signifier qu’il y a de la place pour les vaccins de la Chine, en particulier dans les pays qui ne peuvent pas se permettre des options coûteuses produites par Pfizer-BioNTech ou Moderna. Ces vaccins sont développés à l’aide d’une nouvelle technologie d’ARN messager – une nouvelle approche des vaccins qui utilise du matériel génétique pour déclencher une réponse immunitaire. Ces vaccins doivent être conservés à des températures extrêmement basses.

Le Maroc se prépare pour un ambitieux programme de vaccination contre le COVID-19, visant à vacciner 80% de ses adultes dans une opération qui repose initialement sur un vaccin chinois qui n’a pas encore terminé les essais avancés pour prouver qu’il est sûr et efficace.

L’Afrique est aux prises avec une résurgence des infections du virus, le nombre de décès enregistrés dépassant les milliers. Le continent fonde ses espoirs sur deux vaccins candidats, l’un développé par Sinopharm en Chine et l’autre par l’Université britannique d’Oxford AstraZeneca.

Le plus haut responsable de la santé publique en Afrique a déclaré que “ce sera extrêmement terrible de voir des pays riches recevoir des vaccins contre le COVID-19 alors que les pays africains s’en passeront, d’autant plus qu’une nouvelle flambée de cas commence sur le continent de 1,3 milliard de personnes”.

Alors que le monde regarde le début des vaccinations de masse en Grande-Bretagne, le directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, John Nkengasong, a averti jeudi que l’Afrique pourrait ne pas voir de vaccins avant le deuxième trimestre de 2021.

Le COVID-19 ne sera pas vaincu uniquement en Occident, a-t-il dit, et il a visé “le dialogue de suspicion d’aujourd’hui” alors que les pays riches achètent des vaccins “en excès de leurs besoins alors que nous, en Afrique, sommes toujours aux prises avec le COVAX”, l’initiative multinationale conçue pour fournir au moins certains vaccins aux pays pauvres.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here