Accueil MONDE Coronavirus: Début de déconfinement dans plusieurs pays, l’OMS met en garde

Coronavirus: Début de déconfinement dans plusieurs pays, l’OMS met en garde

853
1
PARTAGER
Coronavirus: Début de déconfinement dans plusieurs pays, l'OMS met en garde

Les dégâts économiques du confinement continuent à s’alourdir sur l’Europe, le continent le plus endeuillé au monde par la pandémie, avec plus de 112 000 morts sur les 180 000 décès enregistrés depuis son apparition en Chine en décembre.

En zone euro, l’activité du secteur privé s’est ainsi effondrée en avril à un rythme « sans précédent », selon l’indice PMI composite du cabinet Markit publié jeudi.

Tentés de relancer leur activité, plusieurs pays européens ont déjà commencé à alléger progressivement les mesures de confinement que leurs populations sont contraintes de respecter depuis le mois dernier.

En Allemagne, commerces d’alimentation, librairies, concessionnaires automobiles… La plupart des magasins d’une surface inférieure à 800 m2 ont rouvert lundi.

Mais qu’Angela Merkel a estimé qu’« aller trop vite serait une erreur ».

Bars, restaurants, lieux culturels, terrains de sports demeurent donc encore fermés. Et les écoles et lycées ne rouvriront que progressivement.

L’Autriche, la Norvège ou le Danemark sont engagés sur la voie de l’assouplissement de leurs mesures de confinement, tout en conservant des mesures de « distanciation sociale ».

L’Italie, la France, la Suisse, la Finlande et la Roumanie préparent aussi un prudent déconfinement.

L’Italie (25 085 morts) et l’Espagne (22 157) sont les pays en Europe les plus atteints, suivis de la France (21 340) et du Royaume-Uni (18 100).

Mercredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre tout relâchement des États dans la lutte contre le coronavirus, dont il craint une deuxième vague de contamination.

« Ne vous y trompez pas : nous avons encore un long chemin à parcourir. Ce virus nous accompagnera pendant longtemps », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, redoutant le « danger » de la « complaisance ».

Malgré ces avertissements, l’État de Géorgie, aux États-Unis, a décidé de rouvrir dès vendredi ses salons de tatouage, de soins esthétiques et les salles de gym. Lundi ce sera au tour des cinémas et des restaurants, qui devront imposer de strictes mesures de distance sanitaires.

En Afrique, de nombreux États ou des chaînes privées ont lancé des programmes de télé-enseignement pour tenter de compenser la fermeture des établissements scolaires et universitaires.

« C’est pour éviter que la COVID-19 gagne là où ça fera le plus mal, dans le domaine du savoir. Que les enfants ne désapprennent pas même s’ils restent à la maison », affirme à l’AFP Massamba Guèye, enseignant-chercheur au Sénégal, où la télévision Futurs Médias (TFM, privée), propriété du chanteur Youssou Ndour, dispense trois fois par jour des cours à toutes les classes, y compris l’enseignement professionnel.  

Avec le confinement, il n’y aura pas de rassemblements pour de grands repas du soir (iftar), pas de prière nocturne à la mosquée (tarawih), pas de réunion entre amis jusque tard dans la nuit, pas de voyage dans les villes saintes de l’islam, pour de nombreux musulmans à travers le monde.

Ce sera un ramadan en privé, loin des uns et des autres et loin des mosquées.

La Chine a annoncé jeudi qu’elle verserait 30 millions de dollars supplémentaires à l’OMS, après le désengagement américain dans l’institution la semaine dernière.

« Cela servira notamment à la prévention et au contrôle de l’épidémie de COVID-19 et à soutenir le développement des systèmes de santé dans les pays en développement », a déclaré Geng Shuang, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

La course mondiale à l’élaboration d’un vaccin a été relancée mercredi avec le feu vert donné par l’autorité fédérale allemande chargée de la certification des vaccins à un essai clinique sur les humains par le laboratoire BioNTech en lien avec le géant américain Pfizer.

Actuellement, cinq projets de vaccin dans le monde en sont aux essais sur des humains, mais la mise au point d’une formule efficace et sûre ne devrait pas prendre moins de douze à 18 mois, estiment les experts.

Avec la presse

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here