Accueil MAURITANIE Cas de fièvre hémorragique de Crimée-Congo signalé en Mauritanie

Cas de fièvre hémorragique de Crimée-Congo signalé en Mauritanie

30
0
PARTAGER

Le ministère de la Santé a signalé un cas confirmé de fièvre hémorragique de Crimée-Congo dans la commune d’Ould Yengé, région de Guidimaka située dans la partie sud du pays.

Le patient est un éleveur de 58 ans de la localité d’Elghabra qui est tombé malade le 16 avril 2018 (apparemment) après s’être occupé d’une vache malade quelques jours plus tôt. Il s’est présenté à une clinique privée le même jour (16 avril 2018) avec une forte fièvre, une arthralgie et des maux de tête. Il a été admis, pris en charge pour une infection médicale non spécifiée et libéré le 18 avril 2018.

Vingt-quatre heures plus tard (le 19 avril 2018), il a développé un saignement des gencives et du nez et a été admis à l’hôpital régional où il a été transfusé puis libéré le 20 avril 2018, suite à une amélioration clinique apparente.

Le 21 avril 2018, la santé du patient s’est détériorée et il a été emmené au centre de santé de Guerou, d’où il a été immédiatement référé. Le patient a été admis à l’hôpital de Cheikh Zayed, à Nouakchott, le 22 avril 2018, d’où un échantillon de sang a été prélevé et envoyé au laboratoire national de santé publique. Le résultat du test publié le 24 avril 2018 était IgM positif pour la fièvre hémorragique Crimée-Congo.

Trente-deux contacts étroits, dont 10 agents de santé et quatre membres de la famille, ont été répertoriés et font l’objet d’un suivi. Des efforts pour identifier d’autres contacts étroits sont en cours. Le patient a utilisé les transports publics et un taxi à différentes étapes de son mouvement au cours de la maladie.

Les enquêtes préliminaires ont également établi que les quatre établissements de santé qui ont pris en charge le patient n’ont pas appliqué les mesures de prévention et de contrôle appropriées, ce qui pourrait indiquer un plus grand nombre de contacts.

Selon l’OMS, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo est une maladie très répandue causée par un virus transmis par les tiques (Nairovirus) de la famille des Bunyaviridae. Le virus CCHF provoque de graves poussées de fièvre hémorragique virale, avec un taux de létalité de 10 à 40%.

Le CCHF est endémique en Afrique, dans les Balkans, au Moyen-Orient et dans les pays asiatiques au sud du 50e parallèle nord – la limite géographique du principal vecteur de tiques. Les hôtes du virus CCHF comprennent un large éventail d’animaux sauvages et domestiques tels que les bovins, les ovins et les caprins.

Les animaux deviennent infectés par la piqûre de tiques infectées et le virus reste dans leur circulation sanguine pendant environ une semaine après l’infection, ce qui permet au cycle tique-animal-tique de continuer quand une autre tique mord. Bien qu’un certain nombre de genres de tiques puissent être infectés par le virus CCHF, les tiques du genre Hyalomma sont le vecteur principal.

Le virus CCHF est transmis aux personnes soit par des piqûres de tiques, soit par contact avec du sang ou des tissus animaux infectés pendant et immédiatement après l’abattage. La majorité des cas sont survenus chez des personnes impliquées dans l’industrie du bétail, telles que les travailleurs agricoles, les travailleurs des abattoirs et les vétérinaires. La transmission d’humain à humain est possible.

outbreaknewstoday

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here