Accueil MAURITANIE À toute les Présidents d’Afrique

À toute les Présidents d’Afrique

126
0
PARTAGER

Excellences, Senalioune après avoir adressé ses vœux de bonne année et de bonne santé à ses internautes, s’octroie l’autorisation de vous les adresser, à vous tous, dirigeants à la tête de nos différents pays d’Afrique. Quoi de plus normal qu’un de vos citoyens, vivant dans la diaspora vous envoie ses souhaits de paix, puisqu’il apparaît évident que si vous n’avez plus de tranquillité, ce sont les citoyens qui en pâtiront. Donc vivez en paix, messires les Présidents d’Afrique.

Cependant, il me plaît en ce début d’année d’attirer encore votre attention sur tous ces grands maux dont souffrent l’Afrique, notre si beau continent dont on dit qu’il est le berceau de l’humanité, mais qui, malheureusement, est toujours à la traine sur le plan de son développement et de l’épanouissement de ses populations.

Depuis combien d’années avons-nous obtenu l’indépendance, et pourtant, le soleil du bonheur ne s’est pas encore levé sur notre continent. Vous savez que vous n’osez point me demander de situer les responsabilités tant elles sont criardes.
Nous vivons dans un continent aux ressources incommensurables, que ce soit le pétrole, le cacao, le bois, l’or, le fer, la bauxite et j’en passe, car la liste est longue, sans compter nos innombrables trésors halieutiques. Hélas, le peuple ne peut pas accéder à cette manne céleste qui fera de lui, les habitants les plus veinards de la planète.

Aujourd’hui les enfants africains désertent leur terre, et vont à l’assaut des pays développés, ayant été depuis longtemps désespéré de trouver du travail chez eux ; les voilà sur les chemins d’exil, victimes de brimades, d’exactions de toute nature, tout dernièrement, l’on nous a prouvés qu’en Lybie, l’on a atteint la suprême injure de vendre nos frères et sœurs.

Aujourd’hui, ce sont les capitaux étrangers qui viennent nous assaillir, et ainsi faire main basse sur nos ressources qu’ils amènent chez eux, les transforment et nous les revendent aux plus chers.
Nous avons acceptés depuis l’aube des indépendances d’être morcelés, divisés, et de ce fait, nous voilà dociles sous le harnais.

Et les blancs se rient de nous lorsque nous affirmons nos souverainetés chaque jour bafouées, comme au Mali où l’armée française ne joue pas franc jeu, comme lorsque nous avons assisté bras croisés à l’assassinat de Khadafi et que Sarkozy, son criminel, se pavane jusqu’à l’Université de Dakar pour déclarer que nous les africains, nous ne sommes pas encore entrés dans l’histoire. Qu’est-ce qui nous dit que Bokko Haram, n’est pas juste une monstrueuse créature de ces impérialistes vendeurs d’armes qui veulent trouver, par ce biais, une autre manière d’écouler leurs hideuses marchandises.

Il est temps de vous réveiller, Messieurs les Présidents d’Afrique, temps de vous secouer de votre léthargie, et de comprendre que le développement de ce vieux continent, l’épanouissement des fils d’Afrique est votre mission. Cessez de penser à vos pouvoirs factices, cessez de vivre dans un Gondwana atrocement ridicule, reprenez la truelle et remettez-vous à la tâche, pour faire de l’unité africaine une réalité vécue. Donnez-nous des économies fiables en vous associant pour une monnaie unique, frappée à l’effigie de nos ancêtres.

Cette démocratie dont on nous parle, qu’elle soit du Sénégal, du Nigéria, de la Côte d’Ivoire ou de l’Afrique Sud est nulle et non avenue, si elle n’a pour finalité que d’asservir la justice, de prendre des chemins détournés pour spolier nos richesses. Cette démocratie ne sera applaudie que si vous prenez la ferme décision de ne plus trahir vos missions de dirigeants africains, et que vous œuvriez pour une renaissance africaine bâtie autour du développement de vos peuples, et sous la consolidation de l’unité africaine.
Allez en paix, mes chers Présidents d’Afrique et que 2018 fasse enfin de vous des présidents très attentifs aux souffrances de vos populations. Que Dieu vous bénisse et sauve l’Afrique ! AMEN !

senalioune.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here