Accueil ETATS-UNIE Après près de 20 ans en Amérique, une femme sera dépouillée de...

Après près de 20 ans en Amérique, une femme sera dépouillée de sa citoyenneté américaine pour avoir menti

913
0
PARTAGER
une femme depouillée de sa citoyeneté américaine

Lorsque la mère célibataire Lilla Haiddar est arrivée aux États-Unis d’Afghanistan avec ses deux garçons pour échapper à l’oppression des talibans, elle a embelli son histoire pour rester aux Etats unis. Près de 19 ans plus tard, elle sera probablement privée de sa citoyenneté américaine en raison de ses mensonges.

Un jury fédéral à Dallas a condamné la femme d’Arlington pour trois chefs d’accusation, y compris avoir commis des mensonges d’omission sur deux demandes de passeport en ne mentionnant pas son nom antérieur.

Haiddar, un ancien interprète de l’armée américaine, a élevé deux fils aux États-Unis et a travaillé pendant plus de trois ans à l’aéroport international DFW pour aider les voyageurs.

Sa condamnation est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 30 ans de prison et d’une amende pouvant atteindre 750 000 dollar. Cela ouvre également la voie à l’expulsion de Haiddar, 57 ans. Sa poursuite réussie semble faire partie d’un effort accru de l’administration Trump pour retirer la citoyenneté américaine des naturalisés pour une variété d’infractions, y compris des mensonges sur des formulaires gouvernementaux et des fonctionnaires de l’immigration.

Les procureurs disent que le natif afghan s’est rendu aux États-Unis en 2001 avec un visa de transit temporaire et était censé partir pour le Canada le même jour, mais il ne l’a jamais fait.

Au lieu de cela, elle a demandé l’asile sous un nom différent, Lilla Haiddar, et a raconté une fausse histoire sur la façon dont elle s’était rendue à New York, ont déclaré les procureurs.

Haiddar a déclaré aux responsables de l’immigration qu’elle avait pris l’avion du Pakistan vers le Mexique, puis avait été secrètement traversée par la frontière aux États-Unis avec l’aide d’un oncle pour échapper à l’oppression dans son pays d’origine.

En vertu de la loi sur l’immigration et la nationalité, un tribunal peut révoquer la naturalisation par le biais d’une procédure civile ou pénale si sa citoyenneté a été «obtenue par fraude ou fausse déclaration».

Trump a fait de l’immigration un atout important de son administration. Immigration and Customs Enforcement (ICE) a récemment annoncé qu’il commencerait à enquêter sur les dossiers de citoyenneté de 700 000 Américains naturalisés. Et ICE a demandé de l’argent pour embaucher 300 agents supplémentaires dans le cadre de l’effort. Les États-Unis comptent environ 20 millions de citoyens naturalisés, selon le Pew Research Center.

Dallasnews Traduit par senalioune, vous pouvez lire la suite ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here