Accueil MAURITANIE Amnesty International dénonce des exactions contre la population par les armées au...

Amnesty International dénonce des exactions contre la population par les armées au Sahel

430
0
PARTAGER
Amnesty International dénonce des exactions contre la population par les armées au Sahel

Déjà victimes de groupes terroristes, les populations locales peuvent aussi être la cible de soldats sous pression, souvent mal formés, suspicieux face au danger.

La guerre au Sahel ne se résume pas à l’opération Barkhane. Dans un rapport publié mercredi, Amnesty international documente une face sombre de ce conflit aux multiples acteurs.

Victimes des groupes terroristes qui sévissent dans la région et qui puisent leurs ressources dans le ressentiment envers l’État ou dans les rancoeurs sociales et ethniques, les populations locales peuvent aussi être la cible de soldats sous pression, souvent mal formés, suspicieux face au danger.

Entre février et avril 2020, l’ONG a ainsi recensé 199 incidents commis, selon elle, par les forces de sécurité malienne, nigérienne ou burkinabée: 57 exécutions extrajudiciaires et 142 disparitions forcées.

«Amnesty international exhorte les gouvernements du Mali, du Burkina Faso et du Niger à enquêter» sur ces faits, insiste l’ONG. Pour Paris, qui a engagé un effort supplémentaire depuis le début de l’année pour faire basculer le rapport de force sur le terrain, ces exactions sont un sujet d’inquiétude et de dialogue régulier avec les forces partenaires.

Ces faits «intolérables» peuvent «poser un problème de crédibilité», disait-on il y a quelques semaines au sein de l’état-major. Les unités sur le terrain «n’ont pas été témoins de tels comportements», assurait-on, mais le commandement «est tenu de dénoncer les agissements non conformes au droit des conflits armés», répétait-on en assurant que l’État français demandait des enquêtes si nécessaires.

Des «legal adviser», des conseillers juridiques, sont aussi systématiquement présents pour toutes les opérations conjointes planifiées. Celles-ci sont de plus en plus nombreuses. Mais souvent les armées régionales conduisent seules leurs opérations de reprise de contrôle du territoire.

Le Figaro, lire la suite ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here