Accueil MONDE Algérie: Gaïd Salah restera toujours l’homme fort du pays malgrès les élections

Algérie: Gaïd Salah restera toujours l’homme fort du pays malgrès les élections

651
0
PARTAGER
ahmed gaïd salah l'homme fort de l'algérie

Selon le Monde, le général Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major depuis 2004, a beau n’être officiellement que vice-ministre, il est bel et bien l’homme fort de l’Algérie et il entend le rester. C’est lui qui, en poussant à la reconduction du président Bouteflika pour un cinquième mandat, a jeté en février dernier des millions d’Algériennes et d’Algériens dans la rue. Ce fut le début du Hirak, littéralement le « Mouvement » contestataire, qui est entré dans son dixième mois sans montrer le moindre signe d’essoufflement. Bien au contraire, c’est l’obstination de Gaïd Salah et son refus du dialogue qui prolonge la crise et risque, lors de la présidentielle du 12 décembre, d’entraîner une abstention massive.

Le chef d’état-major porte ainsi l’entière responsabilité du vide constitutionnel dans lequel il a plongé l’Algérie depuis le mois de juillet. Bensalah continue d’exercer un intérim présidentiel de fait, plutôt que de droit, depuis l’expiration de son mandat légal. Gaïd Salah, non content de refuser tout geste d’apaisement, a tenté d’étouffer la contestation par l’arrestation de plus d’une centaine de détenus d’opinion et par des restrictions croissantes aux libertés de manifestation, de réunion et d’expression. Affichant publiquement son arbitraire, le chef d’état-major a décidé la tenue d’un scrutin présidentiel avant la fin de l’année, décision que les branches exécutives et législatives des institutions de façade se sont empressées d’appliquer. D’où cette échéance du 12 décembre, dont Gaïd Salah espère la restauration du confortable statu quo où un président civil et élu lui laisse la réalité du pouvoir en Algérie.

Le 12 décembre, nul ne sait si les Algériens iront vraiment voter. Il est revanche certain que le 13, ils seront toujours aussi nombreux à manifester, comme tous les vendredis, pour exiger leur droit à une transition effective vers une authentique démocratie. Espérons que Gaïd Salah entendra cette fois le message, quel que soit le nom du président aussi mal « élu ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here