Accueil MONDE Algérie : Bouteflika cède enfin

Algérie : Bouteflika cède enfin

158
0
PARTAGER
algerie

Le président Bouteflika décide de démissionner avant la fin de son mandat prévue le 28 avril 2019.
Ce Lundi 1er avril, l’agence de presse officielle Algérie Presse Service a cité le communiqué de la présidence faisant acte de démission du président de la République. Dans le communiqué, il est dit aussi que le chef de l’État prendra des << des mesures pour assure la continuité du fonctionnement des institutions de l’État durant la période de transition>>.

<< La nomination du nouveau gouvernement en date du 31 mars 2019 par son excellence M. Abdelaziz Bouteflika, président de la République , sera suivie par d’importantes décisions qu’il prendra, conformément aux dispositions constitutionnelles, à l’effet de permettre d’assurer la continuité du fonctionnement des institutions de l’État durant la période de transition qui s’ouvrira à la date à la quelle il décidera sa démission >>. Nous indique le communiqué.

Par ailleurs ni la date de la démission ni les <<décisions importantes>> n’ont été précisés sur le communiqué. Cependant, << ladite démission du président de la République interviendra avant le 28 avril 2019, date de la fin de son mandat électif>>.

Selon la constitution algérienne, une fois la démission actée, c’est le président du conseil de la Nation, la chambre haute du parlement, Abdel Kader Bensalah , âgé de 77 ans, qui assurera l’intérim durant une période maximale de quatre vingt dix jours pour l’organisation d’une élection présidentielle.

Depuis le 22 février, le président Bouteflika, qui voulait  briguer un cinquième mandat à l’âge de 82 ans, a vu d’énormes manifestations qui s’opposent à son projet. C’est à la suite  de ces manifestations qu’il décide de d’abandonner cette idée et de reporter  et d’organiser des présidentielles, mais à une date ultérieure.  Cela n’a point suffit à la population algérienne.

La décision de démissionner est sûrement actée par la perte de son allié, le puissant Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée. Le général avait invité Bouteflika à quitter le pouvoir, qui selon lui, son départ du pouvoir était la solution à la crise.

Une opinion qui s’avère partager par les piliers du régime et solder par leur ralliement au chef d’état-major.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here