Home mauritanie Mauritanie: Crise politique, marasme économique, malaise social : Et le ciel s’en...

Mauritanie: Crise politique, marasme économique, malaise social : Et le ciel s’en mêle !

140
1
SHARE

Le Calame – Les Mauritaniens risquent de passer une sacrée année. La saison des pluies touche à sa fin et tout reste stérile. On relève, partout – sauf, peut-être au Guidimakha – un déficit pluviométrique préoccupant. D’abord pour les populations, ensuite pour le cheptel. Face à cette situation, le syndicat des  agriculteurs et éleveurs  a tiré la sonnette d’alarme et demandé, aux pouvoirs publics, de prendre des mesures, pour anticiper les méfaits de ce retard. Le gouvernement  en débattra, probablement, lors de son prochain conseil des ministres, si, bien entendu, son patron est au pays. Mais notre Président a pris le goût des voyages,  se sentirait-il désormais à l’étroit, en son palais gris ? Il faut dire que la présente alarme vient s’ajouter à d’autres lancinants problèmes  que subit le pays, depuis quelques années.

Pression fiscale

D’abord une situation économique particulièrement difficile, même si le Président affirme qu’elle est des plus roses. « Le taux de croissance estimé, pour 2016, n’est que de 1,7% et, comme à l’accoutumée, il sera probablement revu à la baisse, après correction», fait observer Moussa Fall, économiste consultant. De fait, il ne fut, l’an dernier, que de 0,9%, au lieu des 2% prévus, alors qu’au Sénégal, il a atteint 6,6% et 5,3%, au Mali, pays encore plus pauvre que le nôtre et en guerre, lui, contre les Jihadistes.

Notre ouguiya fond comme neige au soleil, face aux  principales devises  étrangères (dollar et euro). Le cours officiel de ce dernier a atteint 426MRO. « Les citoyens et les entreprises sont pressurés par une politique fiscale implacable », ajoute Moussa Fall. Et de rappeler que  « les aménagements fiscaux introduits, dans la loi de finances 2016, ont porté sur  ‘’l’application, en année pleine, de la réforme de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et celle de la taxation des produits pétroliers ; le relèvement du droit fiscal à l’importation (DFI) et des taxes de droit d’accises sur certains produits de grande consommation (riz, tabac et dérives, clinker, fer à béton, ciment, etc.) ; la création d’une taxe de consommation, sur les poulets, ainsi que sur certains produits laitiers ; la hausse de la taxe de consommation sur certains produits ; la mise en place et/ou le relèvement du droit de pêche à l’exportation, pour certains produits de la pêche’’.

Les conditions de vie des populations ne  cessent de se dégrader. Les  commerçants font valser leurs étiquettes face à la dégringolade de leur pouvoir d’achat. Partout, les populations  grognent et se plaignent, chaque jour que Dieu fait. Elles se plaignent des prix qui ne cessent de monter,  de la rareté du poisson, depuis le départ des pêcheurs  sénégalais, de la cherté de la viande ;  elles  se plaignent d’une école  qui  ne remplit pas sa mission, d’une santé devenue malade, à cause de ses dysfonctionnements, des injustices récurrentes, de la  montée  de la criminalité, du chômage des jeunes… en somme, de la précarité de la vie tout court.

Tension politique

S’ajoute à  ce tableau qu’on pourrait  qualifier de  sombre, une tension politique  chronique. Depuis 2008, les acteurs politiques  n’arrêtent pas de s’invectiver. Un pouvoir arrogant qui n’affiche que mépris envers son opposition.  Un pouvoir qui semble cependant avoir perdu, en dépit des réalisations dont il se vante, le soutien populaire  acquis en 2009,  quand le tombeur  de Sidi ould Cheikh Abdallahi  se  présenta en président des pauvres et pourfendeur de la gabegie. Le rejet, par les sénateurs, dont nombre de la  majorité  présidentielle, des amendements  constitutionnels  préconisés  par l’accord du 20 Octobre 2016, et les  résultats, surprenants, du referendum   du  5 Août  dernier  en sont une parfaite illustration.

En face, une  opposition hésitante  qui  peine à  mettre en place une stratégie alternative. Ses manifestations et autres communiqués de presse n’ont pas  réussi à convaincre l’opinion nationale à la suivre et l’opinion internationale à l’entendre.  Cette situation  politique affecte la situation économique. Et pollue, aujourd’hui, tout le pays.

Autre souci  quotidien des Mauritaniens, les bisbilles avec notre grand voisin du nord, le Maroc. Nos rapports  avec ce royaume se sont singulièrement détériorés, depuis l’arrivée d’Ould Abdel Aziz à la tête de notre pays. Pourtant le Maroc fait partie des premiers pays à avoir cautionné le coup de force contre  Sidioca. Qu’à cela ne tienne ! Le président mauritanien ne pardonne pas au royaume chérifien d’abriter l’un de ses plus farouche opposants, l’homme d’affaires Ould Bouamatou qui a ses quartiers à Marrakech. Comme il ne lui pardonne pas de ne l’avoir  pas honoré de la présence de son Roi, au sommet de la Ligue Arabe, tenu à Nouakchott, en 2016.

Eclaté en ce mois de Septembre, le dossier  « Ould Bouamatou et autres » est venu élever, de plusieurs crans, la tension entre les deux pays. Le pouvoir de Nouakchott accuse l’homme d’affaires mauritanien d’avoir « acheté » le vote des sénateurs, contre  son projet de modifier la Constitution. Il a même lancé un mandat d’arrêt international, contre l’ex-argentier  de la campagne présidentielle d’Ould Abdel Aziz en 2009. On verrait cependant mal le Maroc livrer Ould Bouamatou à Nouakchott. Pendant  que cette brouille se développe, des rumeurs laissent  croire que la Mauritanie  s’apprêterait à reconsidérer certains aspects de ses relations avec le Maroc. Elles affirment que notre pays s’apprête à ouvrir un passage avec l’Algérie. Si de telles rumeurs se concrétisent, la Mauritanie serait privée d’une  importante source d’approvisionnement  en légumes, fruits et autres produits alimentaires.  Il s’y ajoute  d’autres produits  comme les voitures.  C’est aussi  un raccourci vers l’Europe, via l’Espagne. Le  principal marché de la capitale  est approvisionné par des camionneurs marocains.  Le  prix de ces produits ne va  pas tarder à monter, si ce n’est déjà fait.

Le Sénégal avec lequel nos rapports ne sont pas, non plus, au meilleur de leur forme, ne pourra pas nous être d’un grand secours : le renvoi de milliers de pêcheurs sénégalais, il y a quelques mois, reste  un (gros) caillou dans les relations entre les deux pays. Quant au Mali, nous ne sommes guère mieux lotis.

Et voilà que le ciel  ne nous aide pas ! Il n’a pas plu, les eaux du fleuve Sénégal ne sont pas montées, pour inonder les plaines du Walo. Il n’y aura donc peu ou prou de cultures de décrues. Une situation préoccupante pour tout  le pays et  sur  laquelle le gouvernement ne pipe mot. Dans une conférence de presse tenue, il y a  quelques semaines, la Coordination de l’opposition démocratique l’interpelait, pourtant, sur le sort des populations et sur celui  de leur cheptel. On attend des réponses…

DL

1 COMMENT

  1. Le pillage à ciel ouvert, concurrence de biens meubliers ou le voleur est couvert par la justice et ou il se confond en quelque sorte à l’État. La Mauritanie est un pays à part, un pays ou l’on écrase ses enfants, ou l’on les rende apatride. Ou le vrais voleur, celui qui pille l’État, qui roule dans des voitures de grosses cylindrées sans prouver sa richesse, qui hier seulement n’avait même pas un mètre Carrè de terre, se voit vénéré comme un dieu. Tout le monde est devenu menteur a commencer par ceux qui sont sensé représenter Dieu sur terre. Le pauvre s’appauvrit car dévoré par ces chiens enragés de biens matériels même les habitats des morts leurs sont halal. Que le ciel nous aide à arrêter ces dépravés maquillés, et qu’il nous aide à les juger et reconstruire la Mauritanie sur des bases solides.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here